Rencontre avec un auteur : Kidi Bebey

Et voici l’extrait audio de notre dernière rencontre avec un auteur !

Il s’agit de Kidi Bebey, qui est venu nous présenter son roman “Mon royaume pour une guitare”. Elle parle de son parcours d’auteure, de celui de son père le célèbre musicien et musicologue camerounais Francis Bebey, des relations culturelles France-Afrique et du thème de l’exil. En fin d’entretien, elle nous en lit un extrait de son roman.
Extraits de musique : Francis Bebey – Sanza Tristesse.

Merci encore à Kidi pour cette rencontre !

Café Philo : on April 7th

TE

On Friday 7th April at 1pm at the library.

Café Philo HEC explores new and exciting ideas from philosophy and theory, providing perspectives which can enrich and shape creative thinking and decision making in business

In the upcoming event, we will explore central ideas from Transformative Experience, a recently published book that has been receiving sustained attention in Philosophy and the Social Sciences, particularly by theorists focusing on the nature of choice and decision making, and their relation to experience.

How can we rationally make subjective choices which entail dramatically new outcomes? According to L.A. Paul, transformative experiences constitute a major challenge for normative theories of decision making, one which has not been sufficiently appreciated as of yet. When making choices rationally from a subjective point of view, we need to have a grasp on the expected value of the outcomes, as well as of the nature of the future experiences involved. And yet, for choices involving radically new experiences, those also involving a fundamental shift in our preferences – for example, significantly changing the course of life, having a child, participating in a new venture or political movement – we are confronted by the fact that we can know very little about out subjective futures. This has serious implications for our decisions. Confronting this challenge, in Transformative Experience Paul develops the idea that choosing rationally, in cases of dramatically new experiences, might require us to regard big life decisions as choices to make discoveries about the intrinsic nature of experience

The event will be co-animated in English by Liza Kharoubi Echenique and Yaron Wolf, who will discuss central ideas as well as implications of this fascinating new work.

To attend this event, please contact Sylvie Marion: marion@hec.fr

 

Café-livre du 28 février

menu14

Voici les livres présentés lors du café-livre du 28 février :

The famished road (La route de la faim), de Ben Okri

« L’auteur, Ben Okri, est nigérien. Jeune enfant, il emménage avec sa famille à Londres où son père va étudier le droit. Il revient au Nigéria à la fin des années 1960 puis retourne à Londres à la fin des années 1970, pour y étudier la littérature à l’université de l’Essex grâce à une bourse octroyée par le gouvernement nigérian. Quand celle-ci s’épuise, Okri se retrouve à la rue, vivant dans des parcs. C’est à cette période qu’il écrit son premier roman: Flowers ans Shadows (1980).

En 1991, il écrit « The famished road », un roman dans lequel il raconte la turbulence du Nigéria à travers les yeux d’un garçon magique. Azaro est un « enfant-esprit ». Ces enfants viennent au monde et en repartent selon un cycle régulier qui leur permet de fuir la dureté de la vie. Azaro ne devrait pas rester sur terre, mais il décide de rester affronter la tragique mais fascinante réalité du monde. Il a la lucidité de voir sa naissance, vit dans 5m2 avec sa mère et son père. Ce dernier est un personnage remarquable qui a une hargne pour la vie. C’est un très beau livre qui mêle réalité, rêve et magie et qui décrit une Afrique aussi belle qu’inquiétante. » Daniel

 

My place, de Sally Megan

« Il s’agit d’une autobiographie qui, sous la forme d’un roman, parle de l’intérieur de l’expérience aborigène. L’auteur, Sally, est la petite fille d’une femme aborigène d’Australie qui s’est fait violer par un agriculteur. Enfant, elle se pense d’origine indienne, d’après ce que lui a expliqué sa mère. Elle découvre, plus tard, qu’elle est d’origine aborigène. Elle retourne sur le lieu de naissance de sa grand-mère pour en apprendre plus sur sa famille et découvrira le secret de ses origines. Elle débute la pratique du workabout, qui consiste en un rite initiatique où l’on va marcher dans la nature pour devenir adulte.

Dans le livre, elle adopte tour à tour le point de vue de sa mère, de son oncle et de sa grand-mère. Elle a une approche insolite, son livre est écrit avec tact, on sent qu’elle ne veut pas blesser la population blanche. »

Daniel nous lit 3 passages qui illustrent ces 3 points de vue, dont un où l’auteure explique pourquoi elle a décidé d’écrire cette histoire.

Films et livre à découvrir sur le thème des aborigènes : The rabbit-proof fence, de Phillip Noyce – Charlie’s country, de Rolf De Heer – Rue Cases- nègres, de Euzhan Palcy – Mort d’un trimardeur, de Arthur Uppfield.

 

Silex and the City. Vol. 7 : Poulpe city, de JUL

Drame des migrants, victoire du Front Néanderthal, angélisme bobo-sapiens, menace terroriste suivie en direct sur les chaînes d’évolution en continu : ce nouvel album de Silex and the City attaque frontalement tous les thèmes les plus brûlants de notre époque (4ème de couverture).

 

Le garçon, de Marcus Malte

« Un garçon né de façon sauvage, sans nom et très pauvre, traverse les époques sans savoir ni lire et écrire, sans aucune référence culturelle. Tous les 5 chapitres, on a une description de ce qui se passait dans le monde à cette époque.

Voici un moment assez important du livre : Lors du décès de sa mère, l’enfant va l’enterrer sans comprendre ce qu’est la mort. Il l’enterre parce que c’est la seule chose qu’elle lui ait apprise : enterrer les morts. Alors qu’il ne connaissait que sa mère et les alentours de leur cabane, il va commencer à se mettre en chemin à la rencontre des hommes.

Il s’agit d’un récit initiatique qui se passe hors société au début du 20ème siècle. Il fait beaucoup réfléchir sur les façons que l’on a de vivre et sur son rapport aux autres. » Anne

 

Origines, d’Amin Maalouf

« Amin Maalouf raconte l’histoire de sa famille. Il part sur les traces de son grand-père, de son grand-oncle… A travers son roman, il montre comment une personne est tentée de trouver dans un pays ce qu’il n’a pas dans le sien, avec l’espoir de réunir le meilleur de l’Occident et de l’orient. » Anne

 

Histoire de la violence, d’Edouard Louis

« C’est une histoire très crue et très intense où l’auteur parle de lui-même et où il dénonce un viol. E . Louis est aussi auteur d’un précédent livre « En finir avec Edouard belle gueule .» Matteo

 

L’amour des loving, de Gilles Biassette

“En 1958, aux Etats-Unis, Richard, un homme blanc, décide d’épouser Mildred, une femme noire. Le mariage a lieu à Washington. Puis le couple retourne en Virginie où ils sont confrontés à une difficulté majeure : dans cet état, à cette époque, les unions mixtes sont punies. Jetés en prison, ils seront condamnés, et bannis de Virginie jusqu’à ce que des avocats travaillant pour le mouvement des droits civiques adoptent leur cause et portent l’affaire devant la Cour suprême. Ils sont ainsi contraints à l’exil pendant plus de 25 ans.

En parallèle, on suit l’enquête d’un journaliste qui, dans les années 2010, interviewe un ancien sénateur de Virginie, en poste dans les années 50 et 60. Le journaliste doit écrire le portrait de ce politicien qui avait à l’époque avait ardemment défendu la ségrégation. IL découvre ainsi l’histoire de Mildred et Richard.” Matteo

Adapté récemment au cinéma : Loving, par Jeff Nichols

 

Call me by your name, d’André Aciman

« Il s’agit d’une histoire d’amour entre un adolescent et un professeur, d’une romance passionnelle qui dure le temps d’un été, au milieu des années 80. Tandis que Elio sort avec quelques filles, un professeur, invité l’été dans la maison de ses parents au bord de la mer, en Italie, va rentrer dans sa vie. Tous deux passent l’été ensemble, partagent des discussions sur l’archéologie, la littérature, la poésie, etc.

A la fin de l’été, Elio reste à Rome tandis que le professeur rentre à New York. Plus tard, Elio parle à son père de cette relation. Ce dernier ne le comprend pas, ne le juge pas mais aurait aimé connaître une passion d’une telle intensité, même le temps d’un été.

Les deux protagonistes se revoient bien des années plus tard à New-York, avec leurs filles respectives qui ont le même que leurs pères à l’époque de leur rencontre. L’histoire est touchante . » Matteo

Adapté récemment au cinéma : Call me by your name, de Luca Guadagnino

Turn the pages of the FT online !

ft

With the Premium access to the FT app the library provides you,  you can leaf through the FT ePaper.

To access it, create your account here.

Once you are connected to the FT app, activate the drop-down menu on the left and select “ePaper”. All editions (UK, Europe, Asie,…) are available in ePaper.

Fore more info on the FT through the library services :

http://www.hec.edu/Library/Search/Databases/(letter)/F

Foire aux livres au profit du “Bouquin Volant”

bookfair

Pour la 4eme fois, la Bibliothèque a organisé, en janvier dernier, une foire aux livres au profit de l’association “Le Bouquin Volant”.

Présente dans 85 pays, cette ONG œuvre pour le développement culturel et social par le livre, et a déjà collecté et distribué 1.319.191 livres livres depuis sa création en 2003.

http://www.lebouquinvolant.com/

La bibliothèque a remis cette année à l’association 5 chariots de livres et la somme de 716,50 € issue de la foire aux livres.

Merci à tous pour votre générosité.

Rencontre avec Alexandre Andorra ou “Géopolitique des Etats-Unis” à l’aube de l’investiture de Donald Trump

geu

La bibliothèque a eu le plaisir de recevoir Alexandre Andorra (H.15) mardi 17 janvier.
Quelques jours avant l’investiture de Donald Trump, l’auteur nous a présenté son livre “Géopolitique des EtatsUnis d’Amérique” paru aux éditions PUF en 2016.
Le livre est désormais disponible à la bibliothèque, à la côte : 2-103 SNE
– Biographie de l’auteur :
– Son blog :
– Une interview sur France Culture :
– Une interview pour le Diploweb :

– Un article pour l’IRIS, sur l’évolution diffamatoire et populiste du Parti Républicain américain :

Le livre du mois : TERRORISTES : LES 7 PILIERS DE LA DÉRAISON

  • Le choix de la bibliothèque :

clipart-thumbs-up“Marc Trévidic est un magistrat français bien connu du grand public. Il a été juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris au pôle antiterrorisme de 2000 à 2015. C’est lui qui a traité les affaires suivantes : Attentat de la rue des Rosiers, Attentat de la rue Copernic, Attentat contre le président rwandais, attentat du 8 mai 2002 à Karachi, assassinat des moines de Tibhirine, filière d’Artigat (2007).

Cet ouvrage paru en 2013 est plus que jamais d’actualité. Il tente d’expliquer la cause des derniers attentats terroristes commis par des Français sur notre territoire. Facile à lire, chaque chapitre peut se lire individuellement, et le résultat est extrêmement prenant. On se rend compte de la complexité du problème et du peu de rapport avec une quelconque religion.

L’auteur choisit de nous décrire successivement la trajectoire personnelle de plusieurs jeunes Français radicalisés tous issus de milieux différents.

Il nous parle de Stéphane, adolescent discret et réservé, issu d’une famille laïque et républicaine, qui va trouver dans l’Islam, puis dans le Salafisme et enfin, dans le djihadisme, une réponse à ses questions. Par le témoignage de sa mère, l’auteur nous raconte sa lente métamorphose jusqu’à sa mort brutale en Syrie comme martyr.

Marc Trévidic démonte également les clichés comme celui du « loup solitaire », dresse un historique du terrorisme idéologique en France, expose les stratégies de recrutement des organisations terroristes et la lutte incessante des magistrats et de la police pour les contrer.”

Si cet ouvrage vous intéresse, vous pouvez le trouver à la cote : 7-1125 TRE

 

  • terroristes-les-7-piliers-de-la-deraisonVoici son résumé : Pourquoi et comment devient-on terroriste ? Comment légiférer et pourquoi la mission des juges est-elle si périlleuse ? Quelle est la position de la France face à un phénomène qui n’a pas de frontières ?

Pour la première fois, un juge, l’une des figures de la galerie Saint-Éloi, nous fait pénétrer au cœur d’un système, d’un univers, aussi inquiétant que fascinant. Il n’hésite pas à se mettre dans la peau de ces apprentis terroristes pour dérouler la progression insidieuse vers la déraison.

Qu’est-ce qui pousse Stéphane, 16 ans, ce garçon issu d’une famille ordinaire, à se convertir soudain à l’Islam et à se radicaliser ? Pourquoi Assya, élevée laïquement en France, décide-t-elle un jour de porter le niqab et de s’inscrire sur un site de rencontres communautaires ? Que part chercher Abou Hamza dans les montagnes afghanes ?

Au-delà de ces parcours édifiants, c’est une justice pourtant à la pointe de l’information et de la vigilance qui ne peut être rendue, faute de preuves et de faits : car un terroriste en puissance n’est pas encore un terroriste.

 

 

  • Pour en savoir plus, n’hésitez pas à visionner la vidéo suivante :

La rénovation en images : avant / après

La bibliothèque, rénovée entre mai et octobre 2016, a été inaugurée en novembre 2016. Elle est désormais ouverte 24h/24, 7j/7. La communauté HEC y accéde avec un badge .

Voici un petit retour en images sur la métamorphose des espaces :

 

 L’entrée de la bibliothèque – depuis le Hall d’honneur

 

 Le palier de la bibliothèque

 

 L’enseigne

 

 L’entrée de la bibliothèque – depuis la salle de lecture

 

Ouverture d’une cahute en un espace de lecture

 

De la banque d’accueil à l’espace Presse

 

La salle de lecture vue de l’entrée

 

Ouverture de cahutes en espaces de travail vitrés : « Creative Media studio » et « Stock Market Area »

La salle de lecture

 

  De la salle des Périodiques à la salle « Entrepreneurship and Career »

 De la bibliothèque de littérature au Lab

Découvrez également la bibliothèque rénovée sur notre vidéo.

A bientôt !

 

Le livre du mois : THE PURPLE COW

  • Le choix de la bibliothèque :

clipart-thumbs-up“A-t-on encore besoin de présenter Seth Godin ?

L’auteur est un entrepreneur, conférencier et écrivain à succès américain dans le domaine du marketing. Son ouvrage le plus célèbre est Permission marketing (disponible également à la bibliothèque 🙂 ). The purple cow a été publié en 2003 est devenu un livre culte dont le succès et la pertinence ne se démentent pas. Il a été publié en 36 langues.

Vous ne pouvez pas passer à côté !

 Seth Godin nous explique que désormais le marketing à l’ancienne n’est plus de mise. Vanter les mérites de son produit ne suffit plus à le promouvoir.

A l’inverse, il promeut le concept de la « vache pourpre » c’est-à-dire de rendre un objet exceptionnel afin qu’il sorte du lot des produits de même catégorie de la concurrence.

Cet ouvrage est un guide qui explique pourquoi et comment rendre un produit remarquable. Pourquoi ne pas copier son concurrent mais au contraire, essayer de s’en différencier au maximum.

Très facile à lire, Seth Godin adopte son ton habituel, légèrement provocateur. Les chapitres sont courts et permettent de passer très rapidement d’une notion à l’autre. Chaque point est illustré d’exemples concrets.”

Convaincu ? Ce livre est disponible à la bibliothèque en version originale et dans sa traduction française à la cote : 3-43 GOD.

 

  • purple-cowVoici son résumé : Attention, vous ne connaissez que quatre des cinq “P” du marketing (le Prix, la Promotion, la Publicité, le Packaging). Il vous en manque un : le “P” de Pourpre, celui de la Vache Pourpre. S’il y avait une Vache Pourpre dans votre troupeau, tout le monde la remarquerait. Ce serait si incroyable que chacun souhaiterait la posséder : les entreprises qui veulent réussir doivent donc impérativement imaginer des produits, des services, une marque qui soient des Vaches Pourpres !

 

  • Pour aller plus loin :

logo-82120278   N’hésitez pas à consulter l’article 9 trucs pour créer un produit remarquable, une vache pourpre issu du blog de Succès marketing.