Tant qu’il y aura des livres, temps qu’il fera, temps qu’il faudra

Rencontre avec un Auteur

C’est à l’issue d’un café-livre à la bibliothèque que des étudiantes du Prix Littéraire des Grandes Ecoles me parlent de Marie-Florence Gros. Elles l’ont rencontrée lors d’un événement organisé par l’association des anciens HEC. Alors, avant de contacter l’auteure, j’achète son livre : ‘Tout contre’ (publié en février 2010 aux éditions Héloïse d’Ormesson).

‘Don’t judge a book by its cover’. Tout de même, la couverture est belle et annonce une histoire poétique, tendre et onirique. Je ne me trompe pas. Le dessin d’un coeur rouge, d’un coquelicot ou d’une fille en robe rouge regardant le ciel nous invite à une histoire d’amour originale. Nestor et Andrea, vivent dans une chronologie opposée dont l’unité de temps partagé est la journée…. En clair, le lendemain de l’un est la veille de l’autre, mais cet autre, vivant sa propre chronologie, ne revit pas dans son passé. Chaque nouveau jour passé ensemble est nouveau pour l’un comme pour l’autre mais avec une mémoire différente ; ce qui fait la mémoire de l’un est le futur de l’autre. S’ils parlaient de leur passé respectif, influenceraient-ils leur futur ? ‘Tout contre’ est un roman à troix voix joliment écrit et énigmatique. La lecture est parfois déroutante et l’on cherche à vérifier la cohérence de la construction temporelle de l’histoire, mais le pari est gagné.

Diplômée d’ HEC en 1987 et titulaire d’un doctorat de Lettres sur Diderot, Marie-Florence a depuis un parcours plutôt atypique puisqu’elle est auteur-parolière pour des interprètes de variété française tels qu’ Isabelle Boulay ou Patrick Bruel. Après avoir travaillé comme consultante dans une banque et comme conseillère en organisation dans le domaine culturel, elle décide de démissionner pour se consacrer pleinement à l’écriture.

Son premier roman reçoit un accueil chaleureux du public, et Marie-Florence, “se sentant de la maison”, nous a fait le plaisir de venir dédicacer le 7 avril  ses quelques livres restants.

Lors de la rencontre, elle nous dévoile quelques anecdotes qui ont inspiré son roman, en particulier une série de messages téléphoniques qu’elle a reçu sur son portable, qu’elle découvre un mois après réception et qui ne lui étaient pas destinés. Elle nous dit s’être toujours intéressée au temps et à sa structure de pensée. Dans ‘Tout contre’ elle joue avec la vision linéaire du temps. Ses deux autres prochains romans, en attente de relecture et d’édition, semblent être dans la même veine de ce rapport au temps.

Curieuse et foisonnant d’idées, elle a le projet de rédiger avec d’autres auteurs un magasine numérique, Le Mog ainsi qu’un livre numérique multi-média composé de différents niveaux de lecture intégrant texte, image et son. En attendant de découvrir tout cela, on peut retrouver sur son blog ses nouvelles du lundi.

Nous serons ravis de l’accueillir à la sortie de son(ses) prochains(s) livres.

Sylvie Marion

Rencontre avec un Auteur

A découvrir sur l’espace FlickR de la bibliothèque

-Crédit photos : Jean-Marc Biais-