Le deuxième âge de la machine : Travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique de Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee

Eryk Brynjolfsson
Erik Brynjolfsson
Andrew McAfee
Andrew McAfee

Erik Brynjolfsson est économiste et est à la tête du Center for Digital Business du MIT. Andrew McAfee dirige la recherche scientifique de ce même centre. Ils ont publié en 2014 “The Second Machine Age: Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies”. L’ouvrage est publié la même année en France sous le titre “Le deuxième âge de la machine : travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique. A la frontière entre les sciences humaines et les NTIC, ce livre est, dès sa parution un succès de l’édition.

Petit rappel historique : Wikipedia définit la révolution industrielle comme un processus historique du XIXe siècle qui a fait basculer une société à dominante agraire et artisanale vers une société commerciale et industrielle. Cette transformation, tirée par le boom ferroviaire des années 1840, affecte profondément l’agriculture, l’économie, le droit, la politique, la société et l’environnement.

3461-intelligence-artificielle_5967740

La théorie des auteurs de cet ouvrage est simple. Selon eux, nous vivons actuellement une seconde révolution. Une sorte de 1er stade entamé dans les années 80 qui annonce un changement aussi profond que celui de la révolution industrielle. Voici venu le temps de la « machine », c’est à dire, une époque dominée à la fois par la croissance exponentielle de l’innovation, par l’intelligence artificielle et par une interconnexion numérique de tous les hommes sans précédent. Les auteurs citent tous les domaines concernés (transports, téléphonie, santé, chirurgie, tâches quotidiennes ménagères évitées, etc).

Après une description enthousiaste des bienfaits de cette révolution supposée, les auteurs nous décrivent les risques encourus. Ils sont nombreux et ne doivent pas être occultés : Des inégalités de salaires croissantes, une économie radicalement réorganisée où les machines s’approprient le travail des hommes, des défis accrus en matière de responsabilité, de sécurité. Le monde numérique est régi par une infrastructure technologique complexe et interdépendante. Au moindre imprévu, ces faiblesses peuvent provoquer des dégâts considérables. De plus, il est relativement aisé pour des personnes malintentionnées de provoquer des accidents notamment grâce à la baisse du prix de ces technologies.

Slate.fr

Voici un article du site Slate.fr intitulé Voici à quoi va ressembler «le deuxième âge de la machine»

 

Andrew McAfee a participé à une conférence TED en 2014 que je vous propose de visionner :

Il y fait notamment le point sur les dernières avancées technologiques depuis une précédente conférence en 2012 pour étayer sa théorie de la croissance exponentielle et perpétuellement renouvelée.

 

Envie de confronter vos idées ou simplement de découvrir la vision des auteurs ? 🙂

Leur ouvrage est disponible dans notre fonds à la cote 4-341 BRY

 

Bonne nuit

Le résumé de l’éditeur

La révolution technologique vient seulement de commencer ! Tel est le propos de ce livre, écrit par deux grands experts américains des nouvelles technologies. Leur optimisme se fonde sur la fameuse loi de Moore, qui veut que les capacités de calcul des ordinateurs doublent tous les dix-huit mois. Une loi exponentielle qui accouche d’un monde nouveau tous les dix-huit mois…

Des voitures autonomes se jouant des aléas de la circulation aux robots capables de nous remplacer dans les tâches ménagères, en passant par toutes les innovations de la santé et de l’information, ce livre nous entraîne au cœur de la Silicon Valley avant de nous faire pénétrer les arcanes de ce que les auteurs appellent le « deuxième âge de la machine » : une révolution industrielle sans précédent, qui mêle intelligence artificielle, robotique et économie numérique.

Très accessible, ce livre est une contribution décisive au débat sur la croissance et la productivité. Et même s’il n’annonce pas encore la disparition du travail, il en appelle cependant aux entreprises et aux gouvernements pour accompagner ces mutations et répartir l’abondance.

Advertisements