Au menu du café-livre du 1/02/2018

Ce jour-là, nous avons tour à tour parlé des livres suivants :

La horde du contentement, de Alain Damasio

“Ils sont les vingt-trois membres de la trente-quatrième Horde. Ils ont été formés depuis l’enfance à accomplir une tâche précise, qui permettra la survie de la Horde. Car la longue ligne droite qui les mène à l’extrême Amont est dangereuse. Aucune des expéditions précédentes n’a jamais réussi à mener la quête à terme, à atteindre la source du vent. Sur un monde balayé par les rafales, les tempêtes, les chrones (des bulles de vents aux effets étranges), les voilà lancés, relatant tour à tour leurs expériences, leurs doutes, leurs espoirs. La Horde du Contrevent est définitivement un ovni littéraire. Par sa forme, par sa richesse et sa virtuosité lexicale, par l’originalité d’un récit à jamais mouvant, tourbillonnant d’inventivité, à l’image des mille vents qui en balaient la progression.” ( source : Fnac)

Tout un été sans Facebook, de Romain Puértolas

“Mutée disciplinairement à New York, Colorado, un petit village raciste du fin fond de l’Amérique, sans couverture mobile et où il ne se passe jamais rien, la lieutenant de police de couleur noire, à forte corpulence, Agatha Crispies a trouvé un échappatoire à son désoeuvrement dans l’animation d’un club de lecture au sein du commissariat. Mais alors qu’elle désespérait de pouvoir un jour enquêter à nouveau sur un meurtre autre que celui d’un écureuil, une série d’effroyables assassinats et disparitions viennent (enfin) troubler la tranquillité des lieux, mettant à l’épreuve ses connaissances littéraires. Puértolas signe un drôle de thriller loufoque, un poilar !” ( source : Amazon)

Lettres à ma fille, de Maya Angelou

“Dédié à celle qu’elle n’a jamais eue, Lettre à ma fille est une succession de courts textes décrivant les souvenirs qui ont façonné la vie exceptionnelle de Maya Angelou. Féministe avant l’heure, et après une enfance et une adolescence marquée par la violence, elle écrit avec le coeur de millions de femmes qu’elle considère comme ses soeurs de combat. La littérature la sauvera et l’amènera à être la première étudiante noire d’une école privée. Puis elle fréquentera le milieu intellectuel noir- américain et deviendra une grande militante de la condition des femmes noires. C’est grâce à l’écrivain James Baldwin qu’elle se mettra à écrire après la mort de Martin Luther King et deviendra l’auteure que l’on connaît aujourd’hui. Dans ce captivant récit, l’auteure nous fait partager ses combats et les épreuves qui ont forgé son caractère dans la compassion et le courage.” ( source : Amazon)

Sapiens, de Yuval Noah Harari

“Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.
Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l homme ? À dépendre de l argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ? ” (source : 4ème de couverture)

Intrigue à Versailles, de Adrien Goetz

Revoici Pénélope, la jeune conservatrice du patrimoine, toujours amoureuse de Wandrille, le journaliste dandy et rieur. après avoir résolu l’énigme de la tapisserie de Bayeux, elle est nommée au château de Versailles. Dès son arrivée, elle découvre un cadavre, un Chinois et un meuble en trop. C’est effrayant, c’est étrange, c’est beaucoup. Dans ce temple de la perfection et de la majesté vont s’affronter la mafia chinoise et une société secrète qui se perpétue depuis le XVIIe siècle. Des salons aux arrière-cabinets du château, des bosquets du parc aux hôtels particuliers de la ville, Pénélope, bondissante et perspicace, va percer les mystères de Versailles. Par l’auteur d’Intrigue à l’anglaise.

Les entités meurtrières, de Amin Maalouf

” Depuis que j’ai quitté le Liban Pour m’installer en France, que de fois m’a-t-on demandé, avec les meilleures intentions du monde, si je me sentais ” plutôt français ” ou ” plutôt libanais “. Je réponds invariablement : ” L’un et l’autre ! ” Non par quelque souci d’équilibre ou d’équité, mais parce qu’en répondant différemment, je mentirais. Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est cela mon identité… ” Partant d’une question anodine qu’on lui a souvent posée, Amin Maalouf s’interroge sur la notion d’identité, sur les passions qu’elle suscite, sur ses dérives meurtrières. Pourquoi est-il si difficile d’assumer en toute liberté ses diverses appartenances ? Pourquoi faut-il, en cette fin de siècle, que l’affirmation de soi s’accompagne si souvent de la négation d’autrui ? Nos sociétés seront-elles indéfiniment soumises aux tensions, aux déchaînements de violence, pour la seule raison que les êtres qui s’y côtoient n’ont pas tous la même religion, la même couleur de peau, la même culture d’origine ? Y aurait-il une loi de la nature ou une loi de l’Histoire qui condamne les hommes à s’entre-tuer au nom de leur identité ?

Roux le bandit, de  André Chamson 

1914. La mobilisation. Roux n’y répond pas. Est-ce la peur ou ce que lui dicte sa conscience ? En défiant un consensus implacable, Roux se trouve surnommé le Bandit. Il est le déserteur, le monstre. Ecrit en 1925 d’après une histoire vraie, Roux le Bandit semble annoncer les engagements futurs d’André Chamson dans la Résistance. A travers les paysages, les saisons, les caractères de ces paysans lettrés et réfléchis, l’auteur trace aussi le portrait de ces montagnes cévenoles dont il est originaire : une vie dure et austère façonnée par la culture du livre, libre niais déterminée par une longue histoire.

Les seigneurs de la terre (BD), de Fabien Rodhain (Auteur),‎ Luca Malisan (Illustrations)

“Une odyssée paysanne qui nous reconnecte à nos racines… 1999. Florian, jeune avocat, est le fils d un puissant agriculteur en sud Rhône-Alpes, président de la coopérative régionale. Alors qu il n y connait rien (ou presque) au travail de la terre, Florian accompagne son père pour un voyage d études au Mexique, financé par un fournisseur de pesticides. Sur place, il est frappé par la misère et l impact désastreux de l agriculture occidentale industrialisée sur la population locale… et sur le monde. Cette épreuve est un choc pour Florian, qui sent alors retentir en lui l appel irrépressible de la terre. À son retour, impossible de résister : le jeune homme deviendra paysan. Mais contrairement à son père, il privilégiera une agriculture écologique et responsable. Anne, sa fiancée, voit d un mauvais il ce revirement de carrière… Et que dire de son père, qui incarne l’agriculture productiviste, censée nourrir la planète à grand renfort de technologie et de chimie !
Fabien Rodhain, écrivain et conférencier spécialisé dans le domaine, et Luca Malisan signent avec Les Seigneurs de la terre une saga familiale placée sous le signe de l agriculture, décrivant les rouages de ce secteur, son implication dans notre société et son évolution au sein des mentalités. Suivez le parcours initiatique d un jeune avocat à la découverte d un monde nouveau et impitoyable, avec en point d orgue la confrontation entre agriculture biologique et intensive.” ( 4eme de couverture)

 

Côté cinéma, nous avons évoqué 2 films :

Le vénérable W, de  Barbet Schroeder

En Birmanie, le « Vénérable W. » est un moine bouddhiste très influent. Partir à sa rencontre, c’est se retrouver au cœur du racisme quotidien, et observer comment l’islamophobie et le discours haineux se transforment en violence et en destruction. Pourtant nous sommes dans un pays où 90% de la population est bouddhiste, religion fondée sur un mode de vie pacifique, tolérant et non-violent.

The neon diamond, de  Nicolas Winding Refn

Une jeune fille débarque à Los Angeles. Son rêve est de devenir mannequin. Son ascension fulgurante et sa pureté suscitent jalousies et convoitises. Certaines filles s’inclinent devant elle, d’autres sont prêtes à tout pour lui voler sa beauté.

 

A bientôt pour un prochain café-livre !

 

cafe

Advertisements