One acronym to discover them all – How PIDs can help you for your research

Do you have a Persistent Identifier (or PID for short)?

You maybe use or heard about DOIs (digital object identifiers), an identifiers that can be used to find articles or journals and will always give access to the resource, unlike an URL that can break and sometimes lead to an error message. This type of identifiers exists also for a person.

The ORCID ID

You may have a homonym (even one in the same field of research than you) or you name can appear differently depending on the publisher or website. This can make difficult to attribute your work correctly. ORCID (Open Researcher and Contributor Identifier) lets you create your own personal identifier that can be useful for two main reasons:

  • It improves the attribution and discoverability of your work
  • It is compatible with 71 publishers (including Elservier, Wiley, Taylor & Francis and Emerald) and help you with the article application

How to register

Creating an ORCID ID is free, easy and quick, just click here and follow the steps.

The ORCID ID is not the only personal identifier out there, e.g. Clarivate provide the possibility to create a Researcher ID. The good news is that you do not have to choose between them, if you already have a PID but wishes to create an ORCID ID you can easily link you two (or more) identifiers.

Advertisements

La guerre des métaux rares : La face cachée de la transition énergétique et numérique de Guillaume Pitron

1092806-a-man-works-at-the-site-of-a-rare-earth-metals-mine-at-nancheng-county

 

En janvier 2018 est publié un livre passionnant intitulé La guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique.

Guillaume-pitron-laureat-du-prix-du-livre-deconomie-2018
Guillaume Pitron

Son auteur, Guillaume Pitron est journaliste et réalisateur.  Il est lauréat d’une douzaine de prix français et étrangers, dont le prix Erik Izraelewicz de l’enquête économique, le grand prix BFM Business du livre d’économie et la Bourse des talents de la Fondation Lagardère.

Cet ouvrage vous intéresse ? Il est disponible à la cote 6-2201 PIT.

 

logoLe n° 387 de la revue HEC Hommes & Commerce propose en page 20 un article intitulé Les énergies vertes ne sont pas propres.

Dans l’angle mort de la transition énergétique et numérique, se trouvent les métaux rares. Nécessaires pour produire des éoliennes, des voitures électriques ou des smartphones, ces minerais sont aussi stratégiques que polluants à extraire. Invité de l’heure H, en collaboration avec le Club Développement International, le journaliste Guillaume Pitron a livré les conclusions de sa longue et minutieuse enquête sur le sujet.

 

Guillaume Pitron a animé de nombreuses conférences lors de la sortie de son ouvrage. Voici celle tenue à Versailles par le cercle les amis du monde diplomatique / Rosalux.

 

 

Voici le résumé du livre de l’éditeur :

livre_galerie_531Transition énergétique, révolution numérique, mutation écologique… Politiques, médias, industriels nous promettent en chœur un nouveau monde enfin affranchi du pétrole, des pollutions, des pénuries et des tensions militaires. Cet ouvrage, fruit de six années d’enquête dans une douzaine de pays, nous montre qu’il n’en est rien ! En nous émancipant des énergies fossiles, nous sombrons en réalité dans une nouvelle dépendance : celle aux métaux rares. Graphite, cobalt, indium, platinoïdes, tungstène, terres rares ces ressources sont devenues indispensables à notre nouvelle société écologique (voitures électriques, éoliennes, panneaux solaires) et numérique (elles se nichent dans nos smartphones, nos ordinateurs, tablettes et autre objets connectés de notre quotidien). Or les coûts environnementaux, économiques et géopolitiques de cette dépendance pourraient se révéler encore plus dramatiques que ceux qui nous lient au pétrole. Dès lors, c’est une contre-histoire de la transition énergétique que ce livre raconte – le récit clandestin d’une odyssée technologique qui a tant promis, et les coulisses d’une quête généreuse, ambitieuse, qui a jusqu’à maintenant charrié des périls aussi colossaux que ceux qu’elle s’était donné pour mission de résoudre.

Open Access articles are available on Web of Science

Thanks to a new partnership between Clarivate and Impactstory, it is now possible to research and access to Open Access articles using Web of Science!

What’s is Web of Science?

Web of Science is a citation database that let you search for information about articles on a particular topic, or from a author, editor and even funding agency. You can create email alerts of you search and be informed when one of your article is cited.

What’s new on Web of Science?

Web of Science will now enable you to access Gold and Green Open Access journals and articles, it could be the Accepted Version Manuscript or the Published Version. With a preference to the publisher’s Gold version.

How can I do that?

The Library subscribe to the Web of Science, you can access it here.

Clarivate published a 5 minutes video on this subject, you can view it here:

La traque des lanceurs d’alerte de Stéphanie Gibaud

1200px-Stephanie_Gibaud

 

Le 26 octobre, HEC Paris reçoit la lanceuse d’alerte Stéphanie Gibaud, l’occasion de se pencher sur son parcours et ses publications.

En poste comme responsable des relations publiques chez UBS France à Paris, elle a joué un rôle décisif en dénonçant dès juin 2008 les pratiques de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée de son entreprise. Depuis, elle a reçu le prix “Anticor” et a été nominée pour le prix Sakharov en 2015.

Figure de proue des lanceurs d’alerte français, elle milite pour leur protection en France et à l’étranger.

 

Voici quelques documents qui illustrent le sujet :

Dans LA GRANDE INTERVIEW, Stéphanie de Muru reçoit Stéphanie Gibaud auteur du livre «La traque des lanceurs d’alerte». En dénonçant les malversations orchestrées par la banque UBS qui l’employait, cette lanceuse d’alerte a permis à la France de récupérer 12 milliards d’euros et de mettre la main sur 38 000 comptes offshore. Aujourd’hui Stéphanie Gibaud n’a plus d’emploi et vit avec le RSA.

 

logo-le-mondeLe Monde propose un article intitulé Snowden, Deltour, Manning… Que deviennent les lanceurs d’alerte ?

Dans cet article , le quotidien explique d’où vient le terme de “Lanceur d’alerte”, détaille les affaires à l’origine des scandales et le parcours chaotique et différent de 6 lanceurs d’alerte.

 

La Bibliothèque met à votre disposition les deux livres de Stéphanie Gibaud à la cote 5-3135 GIB.

index716DCZy0sfL

Café-livre du 11/10/2018

cafelate

Ce café-livre a réuni cette fois 4 participants passionnés. Il s’est déroulé en anglais, so let’s say it in English!

On the menu, 3 books and 1 movie :

 

hibi

L’hibiscus pourpre, by Chimananda Ngozie Adichie (available at the library)

It’s the story of a 15 years old girl who lives in Nigeria. Her father is a very well known man in the city and he’s trying to educated his children very like the church would like to. He seems very severe with his children and in the meantime he works for a journal where he criticizes the gouvernment. The girl discovers she had a grandfather she never heard of before. Her dad thinks his own dad would have a bad influence on her because he is not catholic and still invokes old gods. He sends  his 2 children to her sister who lost her husband and who has two others children. They discover they can learn and laugh, they change their point of view, they embrace freedom. Anne appreciated in this book to have the point of view of the children, it’d be on politics, worklife or beginning of love. Also she loved the courageous woman personified by the sister character.

 

duhamel

Journal d’un observateur, by Alain Duhamel

Nathalie is reading this essay by Alain Duhamel. “I like him. When he speaks I understand politics! He’s very clever.” He’s a french journalist and essayist. He is now 78 years old. He knew a lots of people. His parents wanted him to be a doctor, not a journalist. This book is nota biography but rather a retrospective on his profession. It is easy to read, and it is interesting because he tells how things were before. Politically speaking, she thinks he is centralized, in his explanations she finds him rather objective. He tries to be neutral. He narrates his past investigatons as a serie of intrigues.

 

cite

La cité de la peur, by Alain Berberian

Aditya, Indian student, really enjoyed this french movie. He was stressed all week long for  studying matters. Then, on Sunday, he watched this movie  with the HEC cinema club. He really laughed and started the next week more relaxed and  with a positive energy.

This is the story of a scene director who made a movie “Red is dead” and who is going to present it to Cannes Festival. The movie is really bad and don’t get attention until the projectionnists all die, one after another, in strange circunstances. The news get in the newspapers, more people get intrigued and want to watch the movie…

 

arbres

Ces arbres qui nous veulent du bien, by Laurence Monce

This book invites us to a walk into the forrest. It compares the trees to human beings: explain how close we are from them, how they can help us to regenerate. Breath, energy circulation, plant bath… Many topics are developped to show how naturally we are not separated from the trees but how we form a “all” with them and how everyone can revitalize him(her)self. This topic reminds Aditya a story in Indian history. In the 18th century, people from 84 villages of Rajhastan refused the destruction of  trees on their land. So, to protect their forrest, the inhabitants, lead by the indian woman Amrita Devi,  decided to stay in turns by the trees, day after day.  Around 300 people were killed but  the villages eventually won: the Maharadjah who initially sent soldiers to cut the trees banned the destruction of the forrest.

The Bishnoi community was pioneer in ecology and the forrest protection carried on in 1970’s with the Chipko movement, also lead by a woman : Vandana Shiva.

Le patron qui ne voulait plus être chef, d’Alexandre Gérard

Le livre du mois de septembre est un ouvrage de management : Le patron qui ne voulait plus être chef.

Voici son résumé

Livre-Alexandre-Gerard-patron-qui-voulait-plus-etre-chef-F.jpg
Alexandre Gérard

Trois cents salariés, 21 millions de CA : s’il n’a pas démarré par la grande porte, à 36 ans Alexandre Gérard est l’heureux patron d’un groupe florissant. Mais en 2009, il est frappé de plein fouet par la crise et bientôt contraint de licencier. Comment redresser la barre ? motiver des troupes désormais tétanisées ?

C’est alors qu’il décide de révolutionner son mode de management en vertu d’un principe fort : un salarié épanoui est plus performant qu’un salarié fliqué et infantilisé. Cessant de diriger à coups d’interdits et de procédures, il apprend à faire confiance – à partager avec ses équipiers l’information et la prise de décision, à solliciter la créativité de tous, supprimant au passage les signes de pouvoir. Symbole suprême de la révolution en cours : alors que s’ouvre l’épineux chantier des rémunérations, Alexandre part faire le tour du monde…

Devenu aujourd’hui l’un des principaux acteurs de l’entreprise libérée, il raconte son “grand saut” : les rencontres qui l’ont inspiré, les étapes de sa démarche, ses écueils aussi… Et surtout, la nécessaire et profonde transformation du patron lui-même.

Un témoignage vivifiant, qui accompagnera tous les managers soucieux de remettre l’humain au cœur du système.

 

index

Je vous propose un article Chronoflex, l’entreprise où “le patron ne voulait plus être chef” de l’infodurable.fr

 

 

 

Vous pouvez trouver l’ouvrage Le patron qui ne voulait plus être chef à la cote 4-11 GER. Bonne lecture ! 🙂

Café-livre du 13/09/2018

 

cl

Pas moins de 20 personnes sont venues parler ou écouter parler de littérature lors de ce 1er café-livre de la rentrée !

Au menu du jour, 12 livres ! Les voici :

Irezumi par [Takagi, Akimitsu]

Irezumi, de Akimitsu Takagi. (dispo à la bibliothèque, cote : 895. 63 TAK)

Christelle nous présente le premier polar japonais écrit en 1947 dont la traduction en français est toute récente. Irezumi signifie tatouage. C’est l’histoire d’une femme tatouée  dont on ne retrouve que les bras et les jambes. On comprend que son tatouage intégral est l’objet de convoitise et que le tueur, sans doute un collectionneur de peau, avait pour but de récupérer son tatouage. A noter qu’au Japon, le tatouage est un art réprimé et mal perçu, on ne le montre pas de façon ostentatoire. Il a longtemps été réservé à une catégorie de personnes avec une connotation négative : criminels, prostituées, pompiers et yakuzas. Le polar japonais a un style moins rythmé que les polars occidentaux, ne vous attendez pas à des “up and down”, le style est sobre et l’enquête très descriptive. Ce livre vous invite à une plongée dans l’univers du Japon d’après-guerre avec tous les codes du milieu policier et de la société nippons.

 

Le ministère du bonheur suprême, de Arundhati Roy  (dispo à la bibliothèque, cote : 895.4 ROY)

Ce livre est écrit par une indienne altermondialiste, auteur notamment de “Le dieu des petits riens”. Il y a 2 personnages principaux dont les parcours  se déroulent, dans un premier temps, parallèlement dans une Inde où les castes et les guerres civiles dominent, puis se rejoignent par la suite dans un final plein d’espoir : Anjum, la transgenre appartenant à la caste des Hijras et Tilo, la femme indienne amoureuse d’un cachemiri à l’poque où L’Inde, le Pakistan et le Cachemire sont en guerre. Elles vont vivre des atrocités liées à la répression politique ou religieuse ainsi qu’à leurs choix de vies. Ces moments de vie très durs sont écrits “à l’indienne”, avec une plume pleine de poésie. Le Roman se termine par cette touche d’espoir et d’amour caractéristique des romans Indiens.

 

Le monde jusqu’à hier, de Jared Diamond

Ce livre s’intéresse à la question de l’homme tel qu’il existe dans sa diversité. Il met en lumière le fait que la majeure partie des études anthropologiques réalisées s’intéressent à nos sociétés modernes, des sociétés structurées en groupes de forte densité de population. Or il existe de nouveaux genres de vie peu étudiés dans des sociétés isolées de 100 ou même seulement 10 personnes, dont le modèle est peut-être issu des sociétés traditionnelles. Celles-ci ont inventé des milliers de solution en matière d’éducation des enfants, du traitement des personnes âgées, de justice et de résolution des conflits.  Elles peuvent nous inspirer pour trouver de meilleures pratiques de vie ou nous permettre de mieux apprécier des avantages de notre société que nous considérons comme normaux. Le lecteur a trouvé ce livre rafraîchissant et dépaysant !

 

Fictions, de Jorge Luis Borges ( dispo à la bibliothèque, cote : 864.1 BOR)

Il s’agit d’un recueil de  petites histoires qui nous plonge dans un monde fictif, fou et inventif qui possède en même temps les caratéristiques de La littérature d’aujourd’hui. Il aborde le thème du hasard et celui de l’organisation des sociétés. C’est un format de nouvelles intéressant, proche de la poésie, où Borges a su créer une atmosphère unique.

 

La Chine trois fois muette, de Jean-François Billeter

L’auteur, d’inspiration marxiste, explique dans cet essai le mutisme de la Chine sur la scène internationale. Pour cela, il adopte un double point de vue ; celui de l’histoire du capitalisme puis celui de l’histoire de la Chine. Il montre comment la Chine ne remet pas en question son passé, son présent ou son futur, et comment les chinois ont des prédispositions à s’adapter. Pour finir, il propose une vision radicale de la Chine en dialogue avec le dialogue de Spinoza la Chine.

 

La carte et le territoire, de Michel Houellebecq (dispo à la bibliothèque, cote : 843 HOU)

Raphaëlle, étudiante L3, a adoré ce livre. Il raconte la vie d’un artiste, Jed Martin, photographe puis peintre, qui va rencontrer Michel Houellbecq, l’écrivain et auteur de ce livre. Il s’agit d’un portrait croisé de 2 artistes et de 2 pratiques esthétiques qui  propose une réflexion sur l’artiste et sa place dans le monde. Dans ce roman, le fait d’être artiste apparaît comme une condition et non un choix, quelque soit l’art et même si il est discutable. L’artiste a pour but de rendre compte du monde. Il y a une recherche de simplicité et de réalisme dans le livre de l’auteur, comme dans l’oeuvre de Jed. On se demande si Houellebecq joue le rôle de son personnage ou s’il se décrit comme il pense être. Le livre comporte trois parties :  l’ascension de Jed, l’appel de Houellebecq pour que ce dernier fasse un portrait de l’artiste destiné à paraître dans son catalogue d’œuvres, puis une intrigue policière où Houellebecq est assassiné.

Un autre étudiant nous recommande vivement “Extension du domaine de la lutte”, un livre assez cynique du même auteur.

 

Rosa candida, de Audur Ava Olafsdóttir ( dispo à la bibliothèque, cote : 839.69 OLA)

Ce roman raconte l’histoire d’un jeune homme passionné d’horticulture dans une serre en Islande. Il part rénover un jardin dans une abbaye. C’est un road trip où on ne sait pas vraiment ou il va – en Europe du sud probablement. Les lieux sont précisément décrits mais non nommés. C’est un peu déroutant au début, puis l’on accepte de suivre cet homme à la fois perdu et déterminé dans son voyage initiatique, jusqu’au retour chez lui, où il prend conscience de ce qu’il a.  Ambiance mystérieuse assurée.

 

Le cercle littéraire des éplucheurs de patates, de Mary Ann Shaffer ( dispo à la bibliothèque, cote : 813 SHA )

Il s’agit d’un roman épistolaire qui se passe après la guerre mondiale. On y lit les lettres d’une femme qui a assisté aux bombardements à Londres et essaie de se lancer dans l’écriture d’un roman. On y découvre l’histoire, les pensée et les émotions des personnages qui ont vécu pendant la guerre sur l’île de Guernesey.  Le style est très enlevé, l’humour est très fin, les personnages extrêmement bien faits. Ce roman a donné une bouffée d’air frais à l’étudiante et lui a laissé l’impression d’avoir rencontré quelqu’un, de s’être fait des amis – les protagonistes de l’histoire. Il interroge sur la séparation entre la réalité et la fiction. Il a été récemment adapté au cinéma par Mike Nell avec pour titre “Le cercle littéraire de Guernesey”.

 

L’art de la joie, de Goliarda Sapienza ( dispo à la bibliothèque, cote : 853 SAP )

Ce roman a été écrit en 1967 en Italie et n’a trouvé un éditeur pour être publié que 20 ans plus tard, au même moment où l’auteur est décédée. Une française découvrit cette ouvrage bien des années plus tard, le traduisit et celui-ci devient un best-seller traduit dans plusieurs langues. L’auteur sera considérée comme la “Proust de l’Italie”. C’est l’histoire de Modesta, une femme courageuse, qui vit dans le sud de l’Italie des amours intenses, des relations complexes et tumultueuses. Le roman est concentré sur des dialogues parfois déstabilisants. Daniel, qui nous présente ce roman, s’en délecte, savourant chaque page.

 

L’homme qui rit, de Victor Hugo

“A travers la destinée extraordinaire de Gwynplaine, l’Homme qui Rit, Victor Hugo brosse un tableau épique de l’aristocratie anglaise des années 1700. A la fois roman d’aventures, exposé historique et social, drame injouable et poème visionnaire, ce roman est le plus fou de tous ceux de Hugo. C’est aussi le plus riche des obsessions de son auteur. Le bateau pris dans la tempête, le pendu servant de vigie, la cabane-théâtre des saltimbanques, les tirades philosophiques d’Ursus, les machinations du traître, la chirurgie monstrueuse, le portrait de la princesse perverse, l’or des palais et le scandale à la chambre des lords sont, plus que des morceaux de bravoure, des morceaux d’anthologie.” (présentation de l’éditeur). Selon Hélène, l’écriture est tellement magnifique, qu’on le lirait ce livre juste pour l’écriture.

 

99 variations façon Queneau, Collectif

Hélène, étudiante L3,  a participé à l’écriture de ce recueil de nouvelles. Son texte a été sélectionné pour y paraître. A l’origine, le projet était d’écrire un texte dans un style particulier sur une anecdote qui a été donné pour “sujet”. Elle a été séduite par le concept et la diversité des idées qui ont émergé de cet exercice de style et la façon dont chaque co-auteur s’est approprié l’anecdote.

 

L’aveuglement, de José Saramago ( Dispo à la bibliothèque, cote : 863 SAR)

Saramago, Prix Nobel de Littérature, dresse dans ce roman le tableau d’un monde ravagé par une épidémie : l’aveuglement. Un homme s’arrête à un feu rouge et devient aveugle puis voit tout en blanc. Peu à peu, toute la population est contaminée et perd la vue. Comment peuvent survivre les passions humaines et comment reconstruire une vie commune quand tout le monde est aveugle ?

 

L’économie comme vous ne l’avez jamais vue de Jan Schwochow et Thomas Ramge

9782212567588_h430

 

En juin, et j’ai choisi de vous parler d’un livre d’économie à travers le beau livre L’économie comme vous ne l’avez jamais vue.

Cet ouvrage rassemble des infographies qui illustrent des concepts économiques, c’est à dire qu’il donne de la consistance à des constructions abstraites. Il rend accessible aux plus grand nombre l’univers complexe et vaste de l’économie par le biais de dessins.

De la pyramide de Maslow à la Blockchain, du marché noir mondial au cycle de vie des produits, le livre est divisé en 7 parties :

  • L’homme
  • L’entreprise
  • l’économie nationale
  • L’économie mondiale
  • La théorie
  • L’environnement et les ressources
  • L’avenir

J’ai particulièrement apprécié la page L’odyssée d’un jean dans la 4ème partie. Il y est décortiqué l’itinéraire du produit entre les champs de coton d’Asie centrale, en passant par les teintures indigo de Pologne jusqu’aux distributeurs français. Sont également analysés, les coûts de revient du produit, la marge commerciale pour chacun des contributeurs à la fabrication. C’est une excellente illustration de la mondialisation !

J’ai également aimé la partie réservée aux théoriciens de l’économie. Leurs théories complexes sont schématisées, on peut connaitre rapidement les penseurs qui les ont influencés ainsi que leurs héritiers.

 

Voici le résumé et une vidéo de l’éditeur :

L’économie comme vous ne l’avez jamais vue est un beau livre d’économie. Des concepts clés aux tendances les plus récentes, des grands équilibres mondiaux aux nouveaux modèles d’entreprises, l’économie a été traduite en images, sous forme de magnifiques infographies, vivantes et colorées, dans un format hors du commun.

  • Que nous apprend le voyage d’un jean, de la culture du coton au Kazakhstan jusqu’à sa livraison en France, sur le commerce mondial ?
  • Comment peut-on schématiser la pensée de Marx, de Keynes, d’Amartya Sen ?
  • Qu’est-ce que l’indice big Mac ?
  • Quelles seront les compétences les plus recherchées sur le marché du travail dans 15 ans ?
  • Comment l’agencement d’un supermarché nous pousse-t-il à consommer ?

 

Ce livre est disponible dans notre fonds à la cote 9-4901 SCH.

HEC, la parenthèse 1968. Quand les archives font parler les “Barricades”.

 

Il y a tout juste 50 ans, la France traverse une période de protestations particulièrement marquante de son histoire : mai 68.

L’Etat fait face à une crise sociale majeure à laquelle prennent part pas moins de 10 millions de grévistes, paralysant ainsi l’ensemble du territoire. Administrations et usines sont à l’arrêt, tandis que la jeunesse se mobilise pour réclamer de profondes réformes, notamment dans le domaine de l’enseignement.

L’école HEC, fraîchement installée sur le campus de Jouy-en-Josas fait également les frais de cette agitation et doit alors faire face à de nombreuses complications qui conduiront à la paralysie totale du site jusqu’à la rentrée 69.

A travers plusieurs témoignages oraux et manuscrits, la bibliothèque et la mission archives vous invitent à revenir ensemble sur cette parenthèse exceptionnelle qui a marqué singulièrement l’histoire de l’école et celle de la promotion « Barricades ».

 

1

Le 11 juin 1968, Jean Chardonnet (professeur d’histoire géographie) fustige dans le journal l’Opinion un gouvernement qu’il accuse d’être à l’origine de la vague de protestations qui touche les universités françaises. Il revient en détail sur les difficultés et dysfonctionnements des établissements d’enseignement supérieur, tel que le manque de moyens humains et matériel, le rejet de l’université de classe ou encore l’absence de débouchés. HEC est à ce titre présenté comme un des rares établissements d’enseignement supérieur à dispenser des formations à forte valeur ajoutée.  

 

2

Contrairement à la plupart des universités françaises, HEC ne connait pas de lourdes difficultés fonctionnelles liées aux manques de moyens humains et financiers. Toutefois, bien que la qualité de l’enseignement y soit unanimement reconnue, certaines voix étudiantes s’élèvent pour réclamer des cours mieux adaptés au marché du commerce et de l’industrie de l’époque.

3

HEC n’échappe pas à la remise en cause des méthodes d’enseignement qui font alors débat dans les cercles étudiants. Le Bureau des Elèves profite ici des évènements de 68 pour réclamer le remplacement de certains cours traditionnels par des « comptoirs », où les échanges avec les enseignants se font plus libres.   

 

4

Parmi les préoccupations exprimées par les étudiants figurent l’accès aux grandes écoles, jusqu’alors majoritairement réservé aux enfants de classe supérieure.

Dans l’espoir de faire bouger les lignes, l’Union des Grandes Ecoles indique ici vouloir prendre part activement à la gouvernance des établissements, en créant des commissions paritaires censées en finir avec le caractère « antidémocratique du recrutement des grandes écoles ». Elle espère également revoir entièrement le système d’enseignement et de recrutement des professeurs.

Vidéo 1 : Commentaires des professeurs Marois et Larçon au sujet de la pédagogie employée à HEC et des critiques formulées à l’encontre de l’école.

 

5

Dans le prolongement de cette réflexion et afin d’engager une réforme globale sur la gestion des Grandes Ecoles françaises, des élèves d’HEC soumettent l’idée de la tenue « d’Etat Généraux de l’Enseignement des Affaires en France ». Ils espèrent dans le même temps pouvoir supplanter l’incontournable interlocuteur qu’est alors la CCIP en la personne du directeur de l’époque, Guy Lhérault.

 

6

Conformément aux souhaits de la CGE, un « comité d’action et de coordination » composé d’étudiants voit le jour sur le campus. Sa création et son implantation dans le Foyer des Elèves permettront à un certain nombre d’étudiants d’aiguiser leur sens politique naissant.

 

7

7 bis

Une minorité d’élèves, politisée et très engagée, se mobilise afin de constituer plusieurs commissions ayant pour but de prendre part à la gouvernance de l’école. 

 

8

Gouvernance participative : Proposition du comité incluant élèves et professeurs.

 

 

9

9 bis

 

Vidéo 2 : Retour sur les perturbations liées aux évènement de 68 sur le campus et sur la tenue de commissions étudiantes.

 

 

 

10

Probablement galvanisés par le mouvement de protestation général, certains élèves n’hésitent pas à émettre des suggestions plus originales…

 

 

11

12

Parmi les nombreux tracts produits et diffusés sur le campus durant ce mois de mai 1968, on retrouve notamment un appel à grève lancé par la « commission solidarité étudiants travailleurs » afin de soutenir les personnels CCIP qui luttent alors pour l’augmentation de leurs salaires et l’acquisitions de nouveaux avantages sociaux. 

 

14

13

Porté par le syndicat national du personnel des chambres de commerce, une manifestation est alors prévue le 21 mai 1968 devant le siège de la CCIP. Les mesures réclamées portent entre autre sur l’obtention d’un 13ème mois, l’augmentation des salaires ou encore la sécurité de l’emploi.

Vidéo 3 : Commentaires sur la convergence des luttes étudiants- travailleurs

 

 

15

L’agitation et les prises de position du Comité d’Action, ne sont manifestement pas partagées par l’ensemble des élèves. Exaspérés par ceux qu’ils qualifient « d’agitateurs », certains n’hésiterons pas à contre-attaquer en diffusant des tracts sur le campus.

 

16

Malgré l’appel lancé par ce groupe d’élèves anonyme (probablement début mai), les cours finiront par s’arrêter complètement quelques jours plus tard pour ne reprendre qu’à la rentrée suivante.

L’activité du campus est alors mise entre parenthèses et les lieux se vident progressivement de leurs occupants. Les difficultés à s’approvisionner en carburant et à accéder au site accélèreront ce phénomène de désertion tandis qu’élèves, professeurs et personnel administratif regagneront progressivement leurs foyers.

 

Vidéo 4 : Les professeurs Marois et Larçon nous racontent comment s’est déroulée la fin d’année scolaire 1968.

 

 

Cet article vous a plu ?  Vous souhaitez aller plus loin ?

N’hésitez pas à contacter la bibliothèque ou la mission archives pour approfondir vos lectures : biblio@hec.fr / mcharek@hec.fr

 

Le pouvoir des prénoms d’Anne-Laure Sellier

eighties jeu qui est ce MB Personnages cartes annees 80-1

 

Lionel ou Amaury ? Mairead ou Ruth ? Sandra ou Béatrice ? De quel prénom avez-vous la tête ? 😉

Anne-Laure SellierAnne-Laure Sellier est professeur associée au département Marketing à HEC Paris.

Sa recherche actuelle se concentre sur la mesure dans laquelle la perception du temps influence la prise de décision; la créativité; l’auto-régulation, le contrôle de soi, le bonheur, et les biais cognitifs – plus généralement, elle s’intéresse à la façon dont émotions et cognitions interagissent dans la formation du jugement et la prise de décision.

En février 2017, elle publie avec 4 co-auteurs un article de recherche dans Journal of Personality and Social Psycholohy, intitulé We look like our names: The manifestation of name stereotypes in facial appearance. Suite aux réactions contrastées des médias et du public, elle décide d’approfondir le sujet dans un livre qui paraît en mars 2018.

Elle précise : « un objectif de ce livre est de donner envie de découvrir le champ des sciences cognitives à travers un langage simple et vivant, comme celui que l’on emploie lors d’une conversation autour d’un café. A l’heure actuelle, ces sciences sont encore trop souvent perçues comme opaques ou difficiles à comprendre, ce qui n’a aucun lieu d’être. En particulier dans le cas du prénom, il existe depuis peu une véritable science sur le sujet, qui reste méconnue du public et ne devrait pas l’être, puisque tout le monde est concerné, les futurs parents à la recherche d’un prénom comme toute personne ressentant le désir de changer de prénom. Notre prénom est l’une des étiquettes sociales les plus puissantes que nous ayons, peut-être la plus puissante, chacun doit pouvoir en comprendre la portée. »

Accessible, c’est un livre qui ne laisse pas indifférent car nous sommes tous concernés.

Envie de vérifier la théorie ? Cet ouvrage est disponible à la cote 9-472 SEL.

 

Dans cette vidéo, l’auteur discute avec l’éditeur de son livre et du résultat de sa recherches : nous avons la tête de notre prénom !

 

Le résumé de l’éditeur :

Notre prénom influence notre vie. Et cela, au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Anne Laure Sellier est bien placée pour le savoir puisqu’elle a conduit une recherche dont le résultat a stupéfié le monde entier : nous avons la tête de notre prénom ! Dans un récit fascinant, vivant et accessible, elle révèle les découvertes les plus récentes de la science des prénoms et expose avec brio les mille manières dont le prénom nous façonne. Un ouvrage unique qui apporte des réponses concrètes aux futurs parents, bouscule le tabou du changement de prénom et nous interroge sur notre rapport intime à notre prénom.

eighties jeu qui est ce MB Personnages cartes annees 80-2